SALAM , AZUL ,BONJOUR

documents -2-

 

Algérie - Japon : M. Abdelmalek Benhabylès décoré du Grand

 

Cordon de l’Ordre du Soleil Levant

 

M. Abdelmalek Benhabylès, ancien président du Conseil Constitutionnel et premier ambassadeur d'Algérie au Japon a été décoré, hier matin, du Grand Cordon de l'Ordre du Soleil Levant par Sa Majesté l’Empereur du Japon.

18-12-2012 | 0:00
 
Ph. :Louiza

M. Abdelmalek Benhabylès, ancien président du Conseil Constitutionnel et premier ambassadeur d'Algérie au Japon a été décoré, hier matin, du Grand Cordon de l'Ordre du Soleil Levant par Sa Majesté l’Empereur du Japon.  
Au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée à la résidence de l'ambassadeur du Japon, à El-Biar, l’ambassadeur du Japon à Alger, Son Excellence M. Tsukasa Kawada a remis à l’ancien diplomate cette importante distinction récompensant l'ensemble de sa carrière diplomatique et son engagement inlassable en faveur du développement. La distinction a eu lieu en présence d’amis de M. Benhabylès, dont entre autres, d'anciens chefs du gouvernement, Mouloud Hamrouche, Mokdad Sifi, Smaïl Hamdani et Ahmed  Benbitour.            
A cette occasion, l’ambassadeur du Japon a mis en exergue la « grande contribution » de M. Benhabylès au développement de l’Algérie et « ses efforts constants » pour renforcer les relations entre les deux pays.
S’agissant de la décoration dont la décision a été prise lors de la réunion du Conseil des ministres japonais, le 3 novembre dernier, et qui intervient dans le but d'"exprimer la gratitude  du peuple et du gouvernement japonais à M. Benhabylès pour ses activités et ses sollicitudes de longue période, SEM Tsukasa Kawada a indiqué que cette distinction représente « le modeste témoignage de la reconnaissance du gouvernement du Japon pour ses contributions exceptionnelles aux relations algéro-japonaises depuis plus de cinquante ans et qui ont contribué à l'approfondissement de la coopération bilatérale ". Et d’ajouter cette décoration est d’autant plus « significative » qu’elle lui est décernée au moment où l’Algérie célèbre le double anniversaire du 50e anniversaire de son indépendance et de ses relations diplomatiques avec le Japon. « Je suis convaincu que M. Benhabylès est la meilleure personne pour représenter et symboliser le 50e anniversaire des relations algéro-japonaises. »
Tout en citant la carrière riche de M. Benhabylès et ses mérites, l’ambassadeur du Japon a qualifié l’ancien diplomate de « fondateur des relations entre les deux pays » tout en insistant sur ses activités avant l’indépendance de l’Algérie en consentant « des efforts pour nouer des relations en tant que représentant du FLN » et après 1962 en tant que secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.    
M. Kawada n’a pas omis de citer l’organisation par M. Benhabylès de la visite de la première délégation  officielle du Japon reçue en 1963 par le Président Ben Bella. Il a en outre mis en relief « l’énorme contribution » apportée par M. Benhabylès en « établissant la base du développement des relations économiques » à travers l’implantation des entreprises japonaises en Algérie. Il a précisé que dans les années 1970 et 1980 on comptait déjà environ 4.000 ressortissants japonais en Algérie.
Tout en exprimant son regret de voir de nombreuses sociétés se retirer dans les années 90, M. Kawada a indiqué que « M Benhabylès a toujours joué un grand rôle pour protéger la sécurité des sociétés qui sont restées et maintenir les relations économiques. » De son côté, M. Benhabylès a exprimé sa satisfaction de se voir destinataire  de cette distinction du Grand Cordon de l'Ordre du Soleil Levant par Sa Majesté l’Empereur du Japon. Il n’a pas manqué de renouveler ses remerciements à la nation japonaise pour cette marque d’amitié et de reconnaissance,  tout en s’engageant, « à garder pure et sans tâche cette prestigieuse médaille ».  
Il y a lieu de rappeler que pour l’année en cours, le Japon a décoré du Grand Cordon de l'Ordre du Soleil Levant, plusieurs personnalités politiques, dont notamment, l'ex-Premier ministre italien,  M. Romano Prodi, l'ex-Premier ministre britannique, M. John Major, l'ex-secrétaire  général du FAO, M. Jacques Diouf, l'ex-vice-Premier ministre et ex-ministre  des Affaires étrangères du Viet Nam, M. Pham Gia Khiem.
Sarah SOFI


M. Tsukasa Kawada :
“Je suis impressionné par sa sagesse et sa manière d’analyser les choses”


« J’ai fait la connaissance de M Benhabylès, il y a un an seulement quand je suis arrivé à Alger. Lors de notre première rencontre, j’ai été vraiment impressionné par sa sagesse et sa manière d’analyser les choses. Peu de temps après, j’ai appris qu’il mérite le surnom de Socrate. J’ai été convaincu tout de suite qu’il méritait bien ce nom. A la cérémonie du thé japonais, on respecte la maxime « Ichigo ichie » qui signifie « la rencontre entre deux hommes est très précieuse, puisqu’elle n’a lieu peut être qu’une seule fois dans leurs vies ». C’est vraiment un trésor précieux pour moi d’avoir la chance de faire la connaissance d’un grand homme comme M. Benhabylès ici à Alger. »
S. S.

M. Abdelmalek Benhabylès :
“Un grand merci pour cette marque d’amitié et de reconnaissance”


« Je renouvelle mon grand merci à mes amis Japonais pour cette marque d’amitié et de reconnaissance, et je m’engage, par mes actions, à garder pure et sans tâche cette prestigieuse médaille du  Grand Cordon de l’Ordre du Soleil Levant. Notre séjours au Japon correspondait à la mission officielle  qui nous a été accordée par Sa Majesté L’Empereur du Japon, Hirohito, suivi par la suite le seul l’honorable successeur Sa Majesté l’Empereur Akihito.  Il s’ensuit que l’actualité représentative de la part de notre ami l’ambassadeur du Japon Son Excellence M. Tsukasa Kawada, nous assure ici même, le suivi honorable d’une mission qui à vrai dire, m’a surprise suivant la portée de mon âge et le comportement d’invité historique. A cet égard il m’importe tout à la fois d’estimer la mission de mon ami l’ambassadeur et avec lui-même les amis algériens ici présents. »  

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/36084

 

DISTINGUÉ «GRAND CORDON DE L'ORDRE DU SOLEIL LEVANT»

Le Japon décore Abdelmalek Benhabylès

Par
Le Japon décore Abdelmalek Benhabylès

Le Japon, par le biais de son ambassade en Algérie, a décerné, hier à Alger, la décoration du «Grand Cordon de l'Ordre du Soleil Levant», distinction la plus élevée au Japon, au premier ambassadeur d'Algérie dans ce pays (1964-1966), Abdelmalek Benhabylès. Une cérémonie a été organisée à cette occasion à l'ambassade du Japon en présence de nombreux invités dont d'anciens diplomates, des hommes politiques et des hommes de culture.
Il faut rappeler que cette décision de décorer Abdelmalek Benhabylès est survenue lors de la réunion du Conseil des ministres japonais, le 3 novembre dernier et ce, dans le but
d'«exprimer la gratitude du peuple et du gouvernement du Japon à M.Benhabylès pour ses activités et ses sollicitudes de longue période qui ont contribué à l'approfondissement des relations bilatérales entre les deux pays».
M.Benhabylès, ancien président du Conseil constitutionnel, a «toujours contribué, pendant de longues années, au renforcement et à l'approfondissement des relations bilatérales diplomatiques et d'amitié entre le Japon en Algérie», témoigne-t-on à l'ambassade du Japon.
M.Benhabylès qui a créé en 1988 l'Association d'amitié algéro-japonaise a été, en 1990, le représentant du gouvernement à l'occasion de la cérémonie d'intronisation de l'empereur du Japon.
Pour rappel, le Japon a décoré du Grand Cordon de l'Ordre du Soleil Levant, en 2012, notamment l'ex-Premier ministre italien, M. Romano Prodi, l'ex-Premier ministre britannique, M.John Major, l'ex-secrétaire général du FAO, M.Jacques Diouf, l'ex-vice-Premier ministre et ex-ministre des Affaires étrangères du Vietnam, M.Pham Gia Khiem.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/165797-le-japon-decore-abdelmalek-benhabyles.html

 

  BENHABILES  Belkacem , un  foughali , le premier président de l' AEMAN créée en1919:

Association des  Etudiants Musulmans  de l(Afrique  du  Nord ,

suivi aprés en 1929 par FERHAT Abbas de Béni Amrane ,TEXENNA wilaya de Jijel, et enfin par Seddik BENYAHIA

de JIJEL en 1955 

 

 

                                                                                                                           

 

 

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTE DE MARIAGE


 mariage contracté par BENHABILES ALI en 1879 Par devant CHEIKH LE CADI de la deuxième chambre
cette caligraphie dite magrébine était trés utilisée à travers l'Algérie avant l'invasion de l'écriture orientale dans les années 60, elle est encore d'usage dans certaines écoles coraniques traditionnelles.il y a certaines lettres qui ont disparues de l'arabe actuel  et la majorité des autres lettres s'écrivent
différemment ce qui rend le déchiffrage trés difficile.
 
Lecture du document par Cherif Arahali

السيد عبد العزيز الفوغالي  بالنسبة لعقد الزواج هذا ما مكنني الله في تفسيره و بقى لأحقا إنشاء الله
 
الحمد لله                                أمام الشيخ القاضي بالقسم الثاني و الثلاثين بسلمة من عمالة قسنطينة الواضع لما بعد أعلاه وفقه الله تعالى ولله........................ زوج الفقيه النبيه السيد الخير التربي السيد علي بن سعيد بن حبيلس الفغالي أصلا من فريق أولاد عبد الله
 
و سكانه أمة الله مريم بنت مبارك بن حبيلس من القبيلة  بكرا بالغا بتثبيت مهلة خالية من الموانع الشرعية أتبث ذلك بشهادة الكهلين
 
الشيخ الهاشمي بن سعيد المجالدي و سي الحاج بلقاسم بن قرباج من القبيل الثبوت التام الصداق قدره اثني عشر مائة فرنك برسم الحلول كلها توف من جهازها مع الحلي زوجها من عمها السيد عمر بن أحمد بن حبيلس قائد عرش بني فغال بعد توكيلها إياه و قبل للزوج النكاح عند السيد المزجون متولي الطرفين متحملا عنه بدفع جميع الصداق حملا لما حماله ......................................................................................
   تاريخ الرابع عشر من جويلية المسيحي سنة 1879 الموافق للرابع و العشرين من رجب عام 1296
  كتب له مجانا بالمترجم مع نص الورقة
  الشريف الرحالي 
 

                                                                 ***************************************************************************


LE TRAVAIL DES METAUX FERREUX
La tradition orale rapporte que l'ancêtre des benifoughal qu'on surnommait EL HADDAD (forgeron) s'est fixé djebel hadid pour la richesse en mines de fer de cette montagne  dont il extrayait le fer pour fabriquer des pioches, des fers à cheval, différents instruments d'agriculture, des couteaus et des armes.
Le travail du fer était la spécialité de certaines familles ,il a été abandonné  plus tard probablement pour cause de concurrence.
Deux familles étaient connues pour le travail des bijoux artisanals en bronze et en argent pleins ; elles possédaient des ateliers pour la fabrication de bracelets (emmesyas), boucles d'oreilles (emcharef) , broches (messak), et différents objets traditionnels de parures.

TRAVAIL DE LA POTERIE (temsal)
le travail de la poterie en terre cuite est la spécialité des femmes; il consiste en la fabrication de vases, de pots, de bocaux, d'amphores, de marmittes, de couscoussiers, de jarres, de grands futs pour la conservation des denrées alimentaires,de l'eau et le transport de celle-ci,  
l'argile (séssanne) est ramenée de gisements se trouvant parfois situés à plusieurs kilomètres qu'on mélangeait à des tessons de poterie broyée (afrour).
le blanchissement se faisait avec le sil bien pétri puis dilué dans l'eau; la décoration par des motifs noirs est faite avant la cuisson, l'encre utilisée est obtenue en mélangeant à l'eau une poudre de pierres noires (naghra) du schiste ardoise je crois.

 SOUKS ou MARCHES
Dans les souks des affaires se traitaient, des nouvelles et des idées s'échangeaint, certaines questions se discutaient et des litiges se réglaient.
A la veille et le jour de souk,  tous les chemins y ménant grouillaient de monde et de bétail une grande ambiance y régnait , on se levait trés tôt et personne ne voudrait rater ces rendez vous ; on y vendait du bétail ou d'autres produits agricoles ou artisanales pour acheter du café, du sucre, du sel, des dattes séches ou bien on échangeait  ces produits  contre d'autres dont on ne pouvait pas produire ou s'en procurer par manque d'argent.
des cabanes sont vite dressées pour l'occasion et des tapis en halfa sont étalés à même le sol pour présenter   différentes marchandises : légumes secs, céréales, frik, pain, confiserie, figues séches, huile, paté de dattes,  oeufs,  viande rouge, poulets, produits artisanals, bijoux en argent, vannerie, vaisselle, tissus, Halfa, feuilles de tabac  etc...
les forgerons proposaient à la vente du matériel agricole forgé sur place, plaçaient les fers à cheval sous les sabots des mulets ou remettaient des commandes
autour d'un café d'el jazoua certains adultes bavardaient , échangeaient les bonnes et les mauvaises nouvelles, faisaient et défaisaient des unions entre familles et des différents étaient réglés.
d'autres, la canne à la main, déambulaient parmi la foule en saluant tout le monde au passage
vers 11 heures le souk commençait à se vider progressivement et aux environs de 13 heures toutes les
marchandises non vendues ont été rangeés et emportées et il ne restait plus que les personnes possédant
sur place des boutiques.

les principaux souks fréquentés par les foughalis sont :
souk de Larbaa de Béni Mdjaled : mercredi
souk de Selma : dimanche
souk de Rekada Metlatine : (Texenna)
souk d'El Aouana (Kaa El Djebel)
souk de Tamentout
souk Es Sebt (Béni Aziz): samedi
souk de Jijel : vendredi
souk de Béjaia

 FABRICATION DE LA POUDRE.
la fabrication de la poudre se fait en mélangeant le
charbon du laurier, qui croit au bord des oueds avec
le soufre

COMMUNICATIONS
la vie des gens était rythmée par le nombre des festivités et des événements heureux ou malheureux
les nouvelles et les messages s'échangeaint et se tranmettaient,de montagnes en montagnes
les berrahs grimpaient aux cimes des montagnes et leur voix étaient répétées de sommet en sommet
 
PRODUITS DE FEMMES
-ESWAK : il est tiré de l'écorce des racines du noyer.il est lavé puis maché jusqu'à obtenir une pate ensuite on
se frotte les dents et les gencives avec; il a un gout piquant ,il préserve les gencives, donne une fraicheur à
la bouche et une coloration grenadine aux lévres et aux gencives et rend les dents brillantes, les femmes
l'utilisent aussi pour se donner un air présentable.

-EL KHOL
Le Khol est une poudre tirée d'une substance minérale noire,c'est un désinfectant pour les yeux qui est utilisé aussi
pour le maquillage des yeux . On utilise un morceau de bois bien lissé qu'on met dans cette poudre et qu'on
applique entre les paupières d'un coin à l'autre des yeux en faisant un mouvement de va et vient.

-LEWAYE
est un ruban de quelques centimètres de largueur et d'une longueur de un mètre environ utilisé par les femmes
avant de se mettre au lit. Ce ruban est enroulé autour des cheveux  de la racine jusqu'à leurs extrémités
et permet d'obtenir le lendemain des cheveux soyeux et bien tendus
 
 


                                                       ************************************************************************************
 

 
Des similitudes entre Benifoughal et El Aouana avec Aokas dans la wilaya de Béjaia

à  Aokas, une commune située à une trentaine de Kms à l'ouest  d'El Aouana et relevant
de la wilaya de Béjaia, nous retrouvons les termes suivants déja vus sur le site de :
benifoughal.dzblog.com : "Saguia El Hamra" , "Ouled Ouaret" , "Ait M'hamed" ou Ouled M'hamed
à El Aouana , les "7 fractions" ou les 7 fréres
Le douar d’Aokas a été créé par décret du 2 octobre 1869. Il a une superficie de 2.202 hectares et une population indigène de 2.245 habitants (Recensement de 1931). Son altitude moyenne est de 300 mètres. Sept fractions forment ce douar : Tabellout, Tixerrubine, Taremant, Aliwen, Mesbah, Aqqar, Ait aissa. Les Ait M’hamed sont d’origine berbère remontant à une époque très reculée. Les premiers occupants de cette tribu seraient les Ait Makhlouf établis un temps immémorial dans les bassins de l’Oued M’sbah, de l’Oued n Tabellout et sur une partie du territoire situé sur la rive droite de ce cours d’eau et comprises dans la tribu des Ait Ouaret ou Ali aujourd’hui rattachée à celle d’Aokas. Vers la fin du XVe siècle de l’ère chrétienne, au moment où les Maurs vaincus par les Espagnols repassèrent la mer et se répandirent dans le Nord de l’Afrique (1492) deux familles vinrent s’établir dans le pays sous la conduite de deux chefs riches et marabouts vénérés : M’hamed ou Said Ouled M’hamed ou Mâmmer (notre ancêtre) originaire de Sekiet el Hamra, au sud du Maroc. >les Ait M’hamed ont vécu constamment en guerre avec leurs voisins ; ils n’ont jamais payé d’impôts aux Turcs et ils ont toujours joui de l’indépendance qu’ils avaient su conquérir jusqu’à leur soumission, d’une façon définitive au général Rando, après un combat acharné de deux jours, livré au col de Tizi ou Sekka (mai 1853).

 DOUAR AIT OUARET OUALI
1°- Origine et composition ethnique.
Les Ait Ouaret Ouali sont des Berbères, venus du Maroc, vers la fin du XVe siècle, avec un chef religieux qui s’empara du pays par la force des armes. A peu près libres au temps des Turcs et restés indépendants même après l’occupation de BOUGIE, ils se soumirent à la France en 1853.
Constitué par décret du 18 novembre 1868, il est traversé sur son territoire par deux cours d’eau, L’Oued Djemââ et l’oued Zitouna qui forment deux artères parallèles de pénétration. La route nouvelle N°9 de BOUGIE à SETIF le longe et le traverse.
Superficie : 2.000 ha.
Valeur culturale : 1.000 ha.
Propriétés privées indigènes : 2.262 ha.
Domaines de l’État : public : 116 ha, privés 484 ha
Domaine communal : 214 ha
Propriétés privées européennes : 128 ha.
Population sédentaire de race kabyle et de religion musulmane essentiellement agricole. Elle est composée



                                         **************************************************************************************************

L'ARGILE (séssale)
voici un extrait de texte tiré d'une étude de American Chemical Society sur l'argile confirmant ses bienfaits;
nos ancêtres l'utilisaient déja pour lutter contre diverses maladies :
ils l'appliquaient sur les blessures vives,et les femmes la machaient pendant leur période de grossesse
 
La boue arriverait aux cabinets médicaux ou pharmacies près de chez vous. Les scientifiques en Arizona signalent que les minéraux se trouvant dans la boue formeraient la base d’une nouvelle génération d’antimicrobiens très efficaces et peux coûteux destinés à lutter contre les infections de MRSA qui passent du cadre des soins médicaux à la communauté. Ces « superbugs » sont de plus en plus résistants à de multiples antibiotiques et causent des milliers de décès chaque année.
Contrairement aux antibiotiques conventionnels qui sont souvent administrés par injections ou pilules, la soi-disant « argile qui guérit » pourrait être utilisé comme crème ou pommade à étendre, afin d’empêcher les infections MRSA de se répandre, indiquent les chercheurs. L’argile semble aussi prometteuse dans le combat contre une grande série d’autres bactéries nocives, incluant celles qui causent des infections épidermiques et une intoxication alimentaire, ajoutent les scientifiques. Leur étude, l’une des premières à explorer l’activité antimicrobienne de l’argile naturelle en détail, fut présentée le 6 avril au cours de la 235e réunion nationale de l’American Chemical Society.
L’argile est utilisée depuis des milliers d’années comme remède pour les blessures infectées, l’indigestion et d’autres problèmes de santé, soit en l’appliquant sur la peau, soit en la mangeant. Aujourd’hui, l’argile est communément utilisée dans les stations de santé sous forme de bains de boue et de masques. Armés de nouveaux outils de recherche, les chercheurs ont commencé à examiner scientifiquement leurs hypothèses sanitaires.
« L’argile ressemble à une petite pharmacie chimique dans un paquet, » indiqua la codirigeante de l’étude, Lynda Williams. Docteur en Médecine et géochimiste à Arizona State University à Tempe. « Ils contiennent littéralement des centaines d’éléments. Certains de ces composés sont bénéfiques mais d’autres, pas. Notre objectif est de découvrir ce que la nature concocte et de tenter de trouver un meilleur moyen d’éliminer les bactéries nocives. »

Au cours de la nouvelle étude, financée par les Ntional Institutes of Health, Williams et ses collègues rassemblèrent plus de 20 échantillons différents d’argile autour du monde afin d’examiner leur activité antibactérienne. En collaboration avec la codirigeante de l’étude Shelley Haydel, Docteur en médecine et microbiologiste à Arizona State University, les chercheurs testèrent chacun des types d’argile contre plusieurs genres de bactéries connues pour causer des maladies humaines. Ces bactéries incluent le MRSA (staphylocoque doré résistant à la méthicilline), le Mycobacterium ulcerans (un microbe lié à la bactérie de la tuberculose qui aboutit à une maladie qui ronge la chair appelée Ulcère de Buruli), de même que l’E.coli et la Salmonelle (pouvant causer l’intoxication alimentaire). Les chercheurs identifièrent au moins trois types d’argile qui éliminèrent ou réduisirent considérablement la croissance de ces bactéries.
 
Les chercheurs tentent d’identifier les composés spécifiques de l’argile qui seraient responsables de son activité antibactérienne. A l’aide de la microscopie électronique et ionique, les chercheurs examinent également la manière dont cette argile antibactérienne interagit avec les membranes cellulaires des bactéries afin de découvrir comment elle les élimine.
Williams et Haydel continuent à tester les nouveaux échantillons d’argile recueillis autour du monde afin de déterminer leur potentiel contre les germes. Ils espèrent que les argiles les plus prometteuses seront développées en pommades pour la peau ou en pilules pour lutter contre une variété d’infections bactériennes ou, peut-être, en spray agricole pour prévenir l’intoxication alimentaire. Plusieurs compagnies ont exprimé leur intérêt dans la formation de partenariats afin de développer l’argile en agents antimicrobiens, indiquent les scientifiques.
Toutefois les chercheurs signalent que la boue normale peut contenir de dangereuses bactéries, de même que des minéraux toxiques tels que l’arsenic et le mercure. Jusqu’à ce que l’argile qui guérit soit développée et scientifiquement prouvée, ce qui nécessiterait des années, le lavage de main et les techniques d’hygiène appropriées sont ce qu’il y a de mieux pour éloigner le MRSA et les bactéries nocives, affirment-ils.
source : American Chemical Society -

 

7 votes. Moyenne 3.14 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site